Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Management, marketing et relation client dans la banque et l'assurance - http://www.brilletcharles.com/

Le blog de Charles Brillet

Management, marketing et relation client dans la banque et l'assurance - http://www.brilletcharles.com/

Auroville, la naissance d’une utopie

com

Les récentes crises économiques et la pression environnementale sur la société et l’économie ont fait prendre conscience à l'être humain de l'urgence de revoir son mode vie, de consommation et de développement industriel et commercial.

 aurovillenew.jpg

Après de nombreuses années de développement industriel et économique, depuis la période de surconsommation et de pollution à outrance à la « MAD men »(*) des années 50 jusqu'à la période de destruction et d’appauvrissement des ressources de la planète, la prise de conscience a été brutale. Les modes de consommation ont évolués, l'écologie est entrée dans notre quotidien, mais dans une moindre mesure concernant la prise de conscience collective, industrielle et étatique avant et après l'échec de Copenhague.

 

L’humain plus que jamais doit être capable de réfléchir à une nouvelle manière de vivre plus en harmonie avec la nature qui l’entoure. Une réflexion qui révèle nos travers consuméristes et nos tics hédonistes, dont Il est difficile, dans nos sociétés occidentales, de se débarrasser d’un revers de main, baignant dans un flux continu d’images, de concept et de tendances « Apple-maniac »

Dans nos sociétés, et plus que jamais, se sont développés des phénomènes d’anxiété, de dépression et de carence de l’estime de soi qui sont issue pour une grande part de la vie professionnelle des individus.

 

Il ne faut pourtant pas gommer les mesures et efforts fait dans le sens d'une écologie et d'une biodiversité, mais plutôt que la sauvegarde de la planète, nous assistons à l'émergence d'un nouveau développement écolo-capitalistique, publicitaire et marketing. Notre modèle d’économie de marché est de plus en plus remis en cause et pourtant même si ce modèle reste « le moins mauvais de tous », de plus en plus d’individus et d’entrepreneurs, non responsables des dernières crises ne l’oublions pas, sont en demande d’un nouveau modèle de société.

 

Ne devrait-on pas alors réfléchir à une nouvelle forme de société mettant en avant non pas seulement l'écologie envers notre planète, mais aussi l'écologie envers nos semblables et ne pas oublier d'être utopiste ?

 

C’est ce qu'on entreprit, en Inde à partir de 1968,  une poignée d'hommes et de femmes à quelques encablures  de Pondichéry. Ils ont suivis les enseignements de SRI AUROBINDO, révolutionnaire, philosophe, poète et sage de l’inde du sud, puis de son épouse à sa mort, une française que l'on nommait « la mère ». Ils ont édifiés cette cité utopique, Auroville.auroville-en-sa-ma.jpg

A ce titre,  Auroville est reconnue comme l’unique expérience en cours approuvée internationalement visant à l’unité humaine et à la transformation de la conscience.

 

Auroville, cité utopique à le mérite d’interpeller encore plus aujourd'hui nos modes de vie et de nous questionner sur les fondements de notre monde et ses possibles évolutions. Ce melting-pot de plusieurs nations, langues et religions ou les habitants se sont affranchis de tout racisme, tout affrontement politique et surtout  libérés de toute contrainte monétaire, réunit à ce jour quelques 2000 personnes, avec à terme, une capacité de 50 000 individus

 

Sur l’une des terres les plus arides de l’Inde du Sud, cité de quelques 5 m2, pousse dorénavant une végétation riche (55% de la surface). Car le pari, en partie gagné, était de replanter une forêt de 28 hectares mais aussi de construire des kilomètres de digues et des bassins de retentions d’eau.

 

La parole de « la mère » résonne encore sur cet ancien comptoir français, « Auroville n'appartient a personne en particulier, Auroville appartient à toute l'humanité dans son ensemble ». Ainsi, depuis sa création, pour séjourner à Auroville, il faut être le serviteur volontaire de la conscience divine, car la volonté affirmée est l'apport volontaire de travailleur et non la présence de pseudo-illuminés en quête d’un hypothétique nirvana. L’harmonie prêchée par ses fondateurs, ne pouvant se réaliser que si chacun suit un chemin plus spirituel que religieux et donc une meilleure connaissance de soi. C’est ainsi que pour suivre les préceptes du yoga acétique de SRI AUROBINDO, fut bâtit au cœur d’Auroville, le centre de méditation, le Matrimandir, énorme sphère de 26 m de haut, dont l’aspect un peu « bling-bling » ou sectaire fait s’interroger, mais a le mérite d’exister.

auroville2.jpeg

Dés son projet initial, l’élaboration de cette cité a permit le développement d'une région pauvre de l'inde, par la création d'emplois (4000 pour 2000 habitants), d'écoles, de réseaux d'eau potable, d'infrastructures routières, de réseau télécom et toujours, dés 1970, dans le respect de la préservation de la planète et de l’humain par un développement personnel et économique (avec le microcrédit en particulier) ainsi que celui des villages (par les microprojets).

L’organisation d’Auroville n’est pas une structure fixe, la gestion du quotidien de la communauté est assurée principalement par des groupes de travail couvrant des domaines tels que les finances, la santé, l’éducation, les fermes, le reboisement ou les relations avec les autorités Indiennes. L’ensemble des résidents nomme un « comité directeur » et un « conseil d’administration».

A Auroville, vous trouverez des permanents, des résidents, des occasionnels, des touristes, des curieux, des passionnés, des sincères, des gens heureux, des illuminés, des croyants, chacun avec sa motivation propre mais tous à la recherche d’une identité profonde, d’envies esthétiques, d’un ancrage spirituel ou d’un lieu de retraite.

 

Alors, plus de 40 ans après cette utopie a fait face à la réalité humaine, avec la naissance de sentiments tels que la jalousie, la rivalité mais aussi le développement économique avec plus de 100 sociétés créés sur Auroville. Au fil du temps, cette croissance a aussi entraîné les aspects négatifs inhérents à tout développement : ’inflation du prix du terrain, phénomènes de jalousie, absence d'emploi pour tous, montée de la délinquance,...

Financièrement, Auroville sans l'aide de l'UNESCO, du gouvernement indien et d'apports privés ne pourrait s'auto-suffire. Aujourd’hui, Auroville ne peut s'extraire du monde dans lequel il se construit et on peut dire que le rêve n'existe pas ou a existé trop tôt et qu'Auroville lutte en permanence entre idéal et réalité.

 

Mais ce type d’expériences n’est pas vain, j’en veux pour preuve les nouvelles expérimentations du Sadhanva Forest, vaste projet de reforestation et d’agro-écologie qui a trouvé son impulsion à Auroville et qui se développe actuellement en Haïti. D’autres expériences verront le jour, en Afrique ou en Amérique du Sud, par exemple, avec des liens entre faune, flore, humain et terre.

 

En dehors de tout concept politique ou religieux, cette expérience nous fait se poser la question du devenir humain. Grâce à Auroville, il y a une autre raison de vivre par une démarche visant à comprendre les mécanismes de l'esprit pur en mettant fin à un état latent d’insatisfaction, entraînant guerre et destruction, une nouvelle société ou les gens se sentent bien.

C’est aussi une autre façon d’être en conscience, une autre manière de faire fonctionner son cerveau. Alors élaborer une morale plus modeste, mais à même de produire de réels effets, non plus une éthique de héros et de la réussite sociale, mais une éthique de l’individu, du sage. Un monde ou l’écologie humaine compte tout autant que l’écologie naturelle et ou les hommes auront des compte à rendre, mais à leur semblables et a personnes d’autres.

 

Un monde ou chaque instant à construire va devenir une utopie pour l’avenir.

 

(*)  (mad men : série télévisé Dans le New York du début des années 1960, l'agence publicitaire Sterling Cooper Advertising est une enseigne qui monte. Don Draper en est un des dirigeants, un homme au passé mystérieux et à l'instinct sûr qui séduit à la fois les femmes qui l'entourent et les entreprises qu'il courtise. Les différents protagonistes de la série, dont le succès n’est plus à démontrer, fume au travail, boive plus que de raison, n’ont aucun respect pour la nature en jetant leur différents déchets sans se soucier de quoique ce soit. Sans jugement de valeur, ces attitudes nous choquent aujourd’hui, habitué à notre société d’interdit.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article