Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Management, marketing et relation client dans la banque et l'assurance - http://www.brilletcharles.com/

Le blog de Charles Brillet

Management, marketing et relation client dans la banque et l'assurance - http://www.brilletcharles.com/

Assurance-vie : la collecte au plus bas depuis décembre 2014

com

~~ Les contrats d’assurance-vie n’ont collecté que 800 millions d’euros net en juin. Les prestations versées ont été plus élevées que de coutume. Cela ressemble à un atterrissage en douceur pour l'assurance-vie. Depuis janvier, l'autre placement préféré des Français (avec le livret A) attire chaque mois un peu moins. La collecte nette (dépôts moins retraits), encore positive de trois milliards d'euros en début d'année, n'a atteint que 800 millions d'euros en juin, selon les derniers chiffres de la Fédération française de l'assurance publiés lundi. Il s'agit de la moins bonne performance en dix-neuf mois (décembre 2014). Au total, l'encours d'assurance-vie a atteint fin juin 1.602 milliards d'euros. Sur le strict plan comptable, deux motifs se sont cumulés : les épargnants ont déposé onze milliards d'euros sur leurs contrats d'assurance-vie en juin, un montant équivalent ou sensiblement inférieur aux mois précédents. Dans le même temps, les prestations versées ont-elles été plus élevées que de coutume : 10,2 milliards d'euros ont été retirés, une jauge qui n'a jamais été atteinte en 2015. « Dans un contexte de forte volatilité et de faibles taux, les ménages privilégient les dépôts à vue et le Plan d'Épargne Logement voire le Livret A qui a renoué avec une collecte positive au cours de ces quatre derniers mois », observe Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne. Ere de glaciation Pour l'heure, ce n'est pas tant le montant de cette collecte qui préoccupe les assureurs, que les arbitrages financiers de leurs clients. Les épargnants optent encore et toujours pour le fonds en euros de l'assurance-vie, garanti et dont la rémunération reste encore aujourd'hui bien supérieure à l'inflation et à celle de l'épargne réglementée. Or, dans une ère de glaciation sur les taux - ils sont proches de zéro, voire même négatifs - rémunérer convenablement ces contrats essentiellement investis en obligations peu risquées devient difficile. De plus, les retraits sont assez pénalisants, puisque pour assurer ces prestations, les assureurs sont contraints de se défaire d'obligations bien rémunérées (souscrites avant que les taux ne soient aussi bas qu'actuellement), et à l'inverse leur portefeuille se renouvelle peu à peu avec des titres plus récents, aux rémunérations moindres. Pour se dégager de cette impasse, la profession entend à l'inverse pousser la vente de contrats en unités de compte (UC), présentés comme un marché gagnant-gagnant : pour le client, il s'agit d'un placement certes plus risqué que le fonds en euros (il est davantage placé en actions, en dette d'entreprise ou dans des produits structurés) mais il est potentiellement plus rémunérateur sur le long terme. Pour la compagnie d'assurance, ce contrat est moins consommateur en fonds propres, moins contraint dans sa gestion, et mieux margé. Formulé moins courtoisement, il s'agit d'un transfert du risque sur les épargnants. « C'est le prix à payer pour tenter d'échapper à la nasse des taux faibles », souligne Philippe Crevel. La Banque de France tient du reste le même discours et veut encourager les épargnants à prendre plus de risques . Or, les épargnants ne se sont pas encore laissés séduire : au mois de juin, les UC ont représenté 1,9 milliard d'euros contre 2,4 milliards au mois de mai ou 2,1 milliards d'euros en juin 2014. Depuis le début de l'année, les versements sur les unités de compte représentent 13,4 milliards d'euros, soit 19 % des cotisations. @EdouardLederer En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0211156238126-assurance-vie-la-collecte-au-plus-bas-depuis-decembre-2014-2016710.php?ELVZgqT8WASYU3Uz.99

Print
Repost

Commenter cet article